Un dispositif satisfaisant sur le plan juridique…

Depuis les faux républicains du 4 septembre jusqu’aux faux républicains d’aujourd’hui, il n’y eut chez les gouvernants que deux préoccupations : s’associer avec les capitalistes afin de partager avec eux les dépouilles des pauvres, le tribut qu’ils payent pour exister et avoir des maîtres : et mentir, dissimuler quand même au pays les conditions réelles de son existence.Omniprésents dans les circuits, ils permettent de stocker des charges électriques pour rapidement les délivrer dans un circuit, comme lorsque le flash éclaire.C’est là que les Brunetière, les Lemaître, les Coppée, les Lavedan et la bande de cabotins et de pets-de-loups à leur suite — tous gens de haute naissance et de génie indiscutable, — donnant la main à d’autres vauriens qui descendent des croisés (étymologie : croisements), jurent de renouveler le fil rompu des vieilles traditions françaises et de rendre à leur pays le régime despotique et clérical qu’il réclame évidemment.Déroulède et ses ligueurs ont sauvé les apparences en faisant la parade devant la baraque où s’empiffrait l’égoïsme des jouisseurs à mandats.Qu’est-ce qu’on attend ?Depuis mai, Christian Navlet s’active à ce nouveau concept.En voilà un, qui sait à quoi s’en tenir sur la possibilité d’une restauration en France !A l’issu d’une étude sur les impacts de l’Energiewende – la grande aventure verte de l’Allemagne, une commission parlementaire allemande a conclu sans ambiguïté que les subventions aux EnR ne suscitent pas l’innovation.Aussi, parce que l’existence d’un nouveau parti est une distraction, sans conséquence, mais qui combat l’énorme ennui qui dévore les âmes infécondes.Selon cette thèse, la Grèce ne peut faire faillite et sortir de l’Euro sans infliger un risque systémique inacceptable pour le reste de l’Europe qui se retrouve obligé de valider les demandes de Syriza d’annulation de la dette, de nouvelles aides inconditionnelles et de déséquilibre budgétaire.La France en fait l’épreuve.Envie bourgeoise, simplement bourgeoise, dont le virus a contaminé la foule mais qui n’en émane pas.Oui, disent les Français, nous étonnerons le monde ; nous en étonnerons même plusieurs.

Publicités