Pour relancer l’économie, endettons-nous !

tous animés de mouvements uniformes, et dont les vitesses v1, v2 v3,…, disposées en ordre croissant par exemple, correspondent à toutes les grandeurs possibles.Si notre analyse est exacte, ce n’est pas là un trait accidentel de l’humour, c’en est, là où il se rencontre, l’essence même.Quant à la dépréciation de l’euro face aux principales monnaies, dont le dollar, qui devrait dans un premier temps stimuler les exportations européennes et nourrir l’inflation importée, il est tentant de l’associer à l’attente de la politique de QE de la BCE.Suite à la conférence de Durban en 2012 et à l’annonce d’un accord juridiquement contraignant sur la réduction des émissions de carbone, le ministre indien de l’environnement, Shrimati Jayanthi Natarajan a déclaré que l’Inde ne pouvait pas signer un tel accord à son stade actuel de développement.Le mythe d’un contrôle de la puissance publique sur le système monétaire masque mal la réalité INVERSE: la prise de contrôle du pouvoir de l’argent sur le pouvoir politique.Il se peut que ce chiffre soit trop élevé, mais la réelle question est que ce rapport est encore plus élevé parmi les individus plus formés et accomplis, dont les activités peuvent être économiquement et socialement inutiles, sinon dommageables.Le mouvement est la réalité même, et ce que nous appelons immobilité est un certain état de choses identique ou analogue à ce qui se produit quand deux trains marchent avec la même vitesse, dans le même sens, sur deux voies parallèles : chacun des deux trains apparaît alors comme immobile aux voyageurs assis dans l’autre.Et puis, ce que je ne ferais pas aujourd’hui, qui sait s’il me serait donné de le faire demain ?Que d’ailleurs les conclusions de cette métaphysique, issue de la science, aient rebondi jusque dans l’intérieur de la science par une espèce de ricochet, c’est ce qu’on montrerait sans peine.« Les guerres du siècle dernier, les crises économiques ont secoué les esprits, explique nettoyeurs du net .Il s’est opéré comme un compromis entre l’idée de force et celle de détermination nécessaire.Tous ceux qui peinent, à vivre, à se faire élire, ont tendance à s’y ranger pour excuser des défaites.Elles concernent les domaines des mécanismes optimaux de tarification et de commercialisation, de la réglementation des monopoles, de la gestion des ressources naturelles, de la fourniture des biens publics et de la finance.

Publicités