Dirigeants d’entreprises : gare aux atteintes à la réputation !

Demain, on payera encore ; et après-demain, aussi ; et l’on payera jusqu’à ce qu’une insulte trop grosse, une maladresse diplomatique trop épaisse aient forcé les voisins à engager les hostilités ; et alors, il faudra payer pour la guerre ; et après, il faudra payer pour la rançon ; et après, il faudra payer pour les statues à élever au second Thiers qui aura libéré le territoire à grands coups de milliards.La petite femme de Paris, pauvre poupée qui prétend elle-même être un type, n’est qu’une créature de néant, à tous les points de vue.Et puis, ne sont-ils que des pantins ?L’offre complète doit être formulée dans des délais très brefs – de quelques jours à quelques semaines – en raison généralement de la situation de trésorerie dégradée de la cible.Et pour entraîner notre économie dans une direction vertueuse, il conviendrait de remplacer la déduction conjoncturelle -créateur d’effets d’aubaine- proposée par le Président, par un abattement sous condition de réemploi.La façon la plus sûre, selon Antonio Fiori, est de les « alphabétiser » sur les mécanismes du pouvoir.D’ailleurs, ce qu’ils disent, ce qu’ils déclament, importe peu.En effet, vienne la modeste fortune qu’il a rêvée, et le voilà heureux ; heureux, — hélas !À supposer que le « psychisme supérieur » inter­vienne pour superposer son attention à cette perception inattentive, on aura tout au plus un souvenir considéré attentivement : ce ne sera pas une perception doublée d’un souvenir.L’économie politique a pour sujet l’homme.Il est d’ailleurs impossible de prendre sur le fait, dans la conscience humaine, le respect pour une pure forme.Tout comme le vent pour les éoliennes, l’eau non turbinée est perdue.

Publicités