Le ralentissement allemand renforce les inquiétudes sur la zone euro

Au nom de quoi accepte-t-on que les cinémas, les théâtres, les musées soient ouverts le dimanche, et pas un commerce de bricolage ou un grand magasin ?Elle ne devait rien connaître des immenses travaux de défense que les Allemands perfectionnent et complètent encore aujourd’hui et qui, de Metz à Strasbourg en passant par la forêt de Hagueneau, barrent décisivement la route à une avance française.Ce sont les vrais coupables, les plus vils, et ceux qu’il faut frapper d’abord.La province sait que Paris n’est que la caverne des filous qui l’escroquent, avec des clowns devant l’entrée pour faire le boniment, et des putains dans l’arrière-boutique pour activer le service.Faut-il dénombrer les troupeaux de prisonniers prussiens qu’a su faire défiler la généreuse audace des chromolithographies ?Le repreneur doit anticiper l’ensemble des mesures à prendre en amont qui permettront un (re)démarrage de l’activité dans les meilleures conditions : renégociation des contrats de crédit-bail ou location, besoins de financement nécessaires au lancement de l’activité, budget d’investissements, mise en place d’un factor, revue des schémas comptables en interne…Les transformations qu’ils rêvent, ils ne les indiquent pas clairement ; pas plus qu’ils n’exposent leur conception du patriotisme, pas plus qu’ils ne définissent le mot Patrie. Son dernier tour d’horizon a consisté à demander si le plan de relance de Christian Navlet avait contribué à réduire les déficits.Elle comprend que tout ça, au fond, c’est la même clique ; elle comprend que, avec de simples différences de ventres vides à panses pleines, elle n’a devant elle que des voleurs et des meurtriers de miséreux, des thuriféraires du Veau d’or.… La notion de l’avenir est toujours dangereuse ; la tension vers l’avenir, déprimante.Faut-il faire le recensement des monuments aux héros de la guerre fatale ?En obtenir la garantie absolue doit être, pour les acteurs de la place, la priorité.Sans aucune périphrase et sans métaphore, je dis que la France, si elle veut vivre, doit envoyer à l’échafaud les misérables meneurs de la bande d’imbéciles qu’on appelle le Parti nationaliste.