Réglementation accrue et pression concurrentielle

La biodiversité, ce tissu vivant de la planète dont nous faisons partie, nous invite à repenser l’avenir de nos sociétés : inventer de nouvelles formes de mobilisation des connaissances scientifiques dans le débat public et les institutions ; encourager les expérimentations fondées sur l’accompagnement de la nature plus que sur son contrôle ou son exploitation ; construire des alternatives aux modèles de développement insoutenables et morbides aujourd’hui dominants ; développer des visions du monde et des valeurs en phase avec les grands défis écologiques de notre temps.La France – insuffisamment véloce – risque donc de mourir dans l’emballement et la précipitation mimétique vers la « porte compétitivité ».Continuité de changement, conservation du passé dans le présent, durée vraie, l’être vivant semble donc bien partager ces attributs avec la conscience.On va compliquer la seule mesure qui était simple, a revendiqué Arnaud de Lummen.Revenons donc une dernière fois à notre image centrale : du mécanique plaqué sur du vivant.Ils gèrent une équipe composée d’une centaine de personnes et travaillent tous deux trois jours par semaine avec une journée en commun.Cela vaut pour presque tous les pays européens.Il semble donc bien que nous ne débutions ni par la perception de l’individu ni par la conception du genre, mais par une connaissance intermédiaire, par un sentiment confus de qualité marquante ou de ressemblance : ce sentiment, é galement éloigné de la généralité pleinement conçue et de l’individualité nettement perçue, les engen­dre l’une et l’autre par voie de dissociation.Or le détail des résultats des tests de résistance montre à quel point les banques sont loin de pouvoir satisfaire ce nouvel objectif.La probable victoire de Syriza en Grèce, même sans majorité absolue, inquiète aussi sur l’avenir de l’eurozone.Il est vrai que ce mode de représentation paraît tout indiqué lorsqu’il s’agit de sensations dont la cause est évidemment située dans l’espace.Le lien entre dérèglement de la météo et effet de serre semble aujourd’hui difficile à contester.