Liberté d’Expression sur l’Internet – Unesco

Mais poser qu’il en est effectivement ainsi serait fausser la théorie de l’obligation. De là vient le rôle prépondérant, et non plus accessoire, que les souvenirs-images y jouent. Parce que les bulles sont essentiellement des phénomènes socio-psychologiques, elles sont par leur nature même, difficiles à contrôler. Tout l’édifice des sciences astronomiques, qui repose sur les lois du mouvement diurne, serait ébranlé dans sa base. Le fonds souverain chinois a ainsi pris 10% du capital de Thames Water, principale société de traitement de l’eau britannique ; la Chine a également pris 10% du capital de l’aéroport de Heathrow, la Chine ayant au total, signé l’an dernier plus de 10 milliards d’euros de promesses d’investissement au Royaume-Uni, faisant de ce pays la destination préférée des investisseurs chinois. Dans toute la variété des costumes, le carnaval, le kaléidoscope des vêtements, il s’aperçut avec horreur qu’il ne pouvait jamais découvrir dans la rue un homme qui portât quoi que ce fût de pareil à son habillement. L’interdiction de la violation des secrets des affaires est érigée en principe. Mais il y a surtout une démence qui est propre au rêve. Liberté d’Expression sur l’Internet – Unesco aime à rappeler ce proverbe chinois  » Quand un cheval galope tout seul, on ne peut pas voir s’il est rapide ou lent ». Et ce corps était de moyenne taille, un peu gros, épaissi par l’âge, sauf les mains fines, minces et blanches, si jolies encore qu’il les ornait l’une et l’autre d’une bague précieuse. Des efforts pour rendre service à son pays, pour encourager les arts, pour propager des idées utiles, pour secourir des frères malheureux, ont-ils rien d’incompatible avec l’usage bien entendu des richesses ? La tarification du carbone demeure pourtant mal évaluée, en raison des subventions aux combustibles fossiles et de l’absence de recettes fiscales nécessaires pour appréhender les externalités globales du changement climatique. Ces associations elles-mêmes, du fait de cet élargissement de leurs activités, recherchent des bénévoles capables de les aider dans leurs propres choix stratégiques, l’établissement de plans d’action ou leur gestion financière. Les efforts de ces pauvres hères, incapables de former le moindre projet, sont absolument piteux ; ils sont caractérisés par cette sournoiserie asthmatique qui est la marque des vaincus ; ils tendent surtout à empêcher l’idée républicaine de se dégager de la défroque avocassière et libérâtre dans laquelle on l’a emmaillotée, et dans laquelle elle se débat en larmoyant ; leur unique résultat est de pousser, plus ou moins consciemment, le parti républicain dans la direction du collectivisme esclavagiste et dogmatique et de l’établir, de guingois ou les pattes en l’air, sur le fumier de la légend Autant ne parler que pour mémoire de l’instruction dont l’État se charge de tatouer les jeunes filles ; étant donnés les débouchés qu’il leur offre, c’est une farce qui n’est point sans cruauté ; d’ailleurs, je serais obligé de dire quelques mots des couvents, et il y a des sujets devant lesquels recule mon instinctive pudeur. J’étais envoyé, seul officier blanc, avec un détachement du 10e Rajput Regiment, pour faire une reconnaissance dans les hautes vallées qui sont à l’extrémité de la province d’Assam. Qui osera négocier des accords moins favorables que ce que la loi permet actuellement (notamment sur la durée du travail, les règles de licenciement, les salaires, etc.) ? Et la sensation proprement dite, bien loin de jaillir sponta­nément des profondeurs de la conscience pour s’étendre, en s’affaiblissant, dans l’espace, coïncide avec les modifications nécessaires que subit, au milieu des images qui l’influencent, cette image particulière que chacun de nous appelle son corps. Mais la lutte n’est ici que l’aspect superficiel d’un progrès. On peut être convaincu, aussi, qu’ils n’en furent jamais que les maquignons. Première cible, et je ne doute pas qu’elle le mérite, notre classe politique qui s’épuise à mettre en œuvre des plans et des recettes qui ne fonctionnent plus, en tous cas plus comme avant, et à soutenir leurs actions par des incantations appelant notre pays à se réformer et à innover qui, à force d’être répétées, sont non seulement vidées de leur sens mais encore, augmentent le bruit ambiant autour des profondes mutations que nous vivons et que l’on continue d’appeler « La crise ».

Publicités