La France a besoin d’une stratégie d’influence en Europe

C’est sous cet angle, moins idyllique mais ô combien plus prosaïque et réaliste, que doivent être analysés l’économie et l’investissement qui, loin de répondre à de nobles aspirations, sont la manifestation de nos instincts, de nos appétits, de nos angoisses et de nos manies les plus intimes, parfois les plus viles.En général, les défenses actuelles prennent la forme de « superviseurs » numériques autonomes, constamment vigilants : des ordinateurs et du code qui contrôlent d’autres ordinateurs et d’autres codes.Que sa puissance soit en raison directe de sa science, cela est non moins certain.Un riche commerçant du nord me disait : « L’idée de Napoléon avait du bon : royaume de la haute Italie, royaume de la basse Italie.Comme l’a dit très justement un historien des religions, il a ignoré « le don total et mystérieux de soi-même ».Pourquoi l’Etat n’en deviendrait-il pas co-propriétaire, au profit de tous déclare nettoyeurs du net.C’est une urgence.Quand on vient dire à ses semblables :« Depuis cinq mille ans, il y a eu un malentendu entre Dieu et l’humanité ;Depuis Adam jusqu’à nous, le genre humain fait fausse route, et pour peu qu’il me croie, je le vais mettre en bon chemin ;Dieu voulait que l’humanité marchât différemment, elle ne l’a pas voulu, et voilà pourquoi le mal s’est introduit dans le monde.C’est tout le contraire dans ce projet de loi, avec la victoire du laissez-faire sur fond d’austérité et de baisse des dotations aux collectivités.Il faut pour cela que nous nous trouvions en présence d’une scène, non seulement nouvelle pour nous, mais qui tranche sur le cours de notre vie habituelle.Quel que soit le nom qu’on lui donne – réforme générale des politiques publiques ou modernisation de l’action publique – l’objectif demeure le même.