Pas de soutien à l’investissement

Il faut donc que le temps d’attente soit rempli d’une certaine manière, c’est-à-dire qu’une diversité toute particulière d’états s’y succèdent.Elle se communique à nos consciences individuelles, mais elle les dépasse.En réalité, ni les partisans ni les adversaires de la loi DUFLOT n’ont apporté de réponse aux principales sources de tension sur le marché résidentiel français.L’Europe aurait beaucoup à gagner à intégrer d’une façon ou d’une autre cette jeunesse du Maghreb, qui, comme le résume l’historien Timothy Garton Ash, pourrait payer demain les retraites de l’Europe vieillissante.C’est une voie moyenne très malaisée.C’est donc bien une réalité plus profonde que le drame est allé chercher au-dessous d’acquisitions plus utiles, et cet art a le même objet que les autres.Était-ce encore de la religion ?Or il est à craindre que l’universel dont parle Arnaud de Lummen ne soit, ne reste, d’inspiration « régionaliste ».Des caractéristiques propices à la création d’un lien fort avec la France.Notre intérêt économique autant que stratégique commande de nous intéresser de plus près aux transformations en cours dans le Caucase et à la place éminente de l’Azerbaïdjan.Notre intelligence, ne trouvant alors dans le nouveau que de l’ancien, se sent en pays de connaissance ; elle est à son aise ; elle « comprend ».Dans le second, l’équilibre ne sera pas rompu, mais il perdra de sa complexité.Les manifestants de 2011 et ceux de 1989, de la place Tahrir au Caire aux boulevards de Leipzig, se ressemblent pourtant dans leur absence soudaine de peur.

Publicités