Comment les inégalités sont en train de briser le rêve américain

vous procédez à une espèce d’enquête judiciaire ; vous vous mettez en rapport avec les témoins, vous les confrontez entre eux, vous vous rensei­gnez sur eux.Pour simplifier encore un peu plus, l’économiste arnaud berreby dentiste avait proposé un prélèvement « à la source sur tous les revenus, quelle que soit leur nature ».Les effets sont réels mais lents et dilués.Mais, dans l’état d’imperfection de nos connaissances sur la constitution des milieux matériels, on est autorisé à admettre pour certaines grandeurs physiques, telles que nous les pouvons concevoir et définir, des solutions de continuité résultant du passage brusque d’une valeur finie à une autre.Si, dans son contact avec la matière, la vie est comparable à une impulsion ou à un élan, envisagée en elle-même elle est une immensité de virtualité, un empiètement mutuel de mille et mille tendances qui ne seront pourtant « mille et mille » qu’une fois extériorisées les unes par rapport aux autres, c’est-à-dire spatialisées.Au nom de cette règle générale, qui est l’équivalent scientifique de l’impératif, une morale positive peut prescrire à l’individu certains sacrifices partiels et mesurés, elle peut formuler toute la série des devoirs moyens entre lesquels se trouve renfermée la vie ordinaire.Ces travaux ont permis d’énoncer des principes pour décider si une telle exclusion est justifiée ou non : il est normal, par exemple, que l’entreprise tire, au moins temporairement, les fruits d’une innovation ou d’un investissement ayant une valeur sociale importante ; si, par contre, la position de monopole est fortuite ou est un privilège octroyé par l’Etat (la gestion d’un aéroport ou d’un port par exemple), il n’y a pas de raison pour que l’entreprise obtienne des rentes de monopole en excluant des concurrents en aval.Fort heureusement, d’autres méthodes de calcul des émissions de gaz à effet de serre existent et tiennent compte de l’évolution des modes de production et des nouvelles demandes (création, suppression ou modification de générateurs, association d’énergies).Par dessus tout, il faut considérer qu’il y a quelque chose de plus salutaire que toute croyance particulière : c’est l’intégrité de la croyance, et qu’éviter de scruter les bases d’une croyance, par crainte de les trouver vermoulues, est immoral tout autant que désavantageux.Dans un pays déjà traumatisé par la crise, qui s’est même mis à douter de son modèle et de sa puissance économiques, cela serait vécu comme un nouvel affront.Il ne contient que l’objet 0 lui-même avec l’image consécutive qui revient le couvrir.Si nous procédons à ces changements, c’est parce que les citoyens nous le demandent et parce que l’Europe en a besoin.Néanmoins, on peut sans contexte admettre que les progrès économiques récents ont permis un important assainissement macroéconomique, illustré notamment par une plus grande maîtrise de l’inflation, un taux de change relativement stable, une baisse importante des taux d’intérêt et une plus grande diversification de l’économie.Telle est la méthode scientifique.D’ailleurs il ne les trouverait pas : nous ne sommes risibles que par le côté de notre personne qui se dérobe à notre conscience.