La crise entre trouble des valeurs et malaise dans la valeur

La première l’eût conduit à la négation du libre arbitre chez l’homme et du véritable vouloir en Dieu.Je ne crois pas qu’il y ait un pays où l’on parle plus de politique, avec plus de passion apparente et de scepticisme peut-être au fond.Ce serait affirmer que la culture intellectuelle et morale, qui n’est compatible qu’avec un certain degré de loisir et de bien-être, tourne au détriment de l’intelligence et de la moralité.Augmenté en mai dernier, il se situe aujourd’hui à 30HK$ (3,00€) de l’heure, un niveau que beaucoup jugent trop faible.Nulle part il n’est plus dangereux de s’en remettre à l’instinct.On n’aura pas de peine à nous montrer qu’un arbre ne vieillit pas, puisque ses rameaux terminaux sont toujours aussi jeunes, toujours aussi capables d’engendrer, par bouture, des arbres nouveaux.Ce n’est pas la « curiosité locale », ou le divertissement folklorique qui doit susciter l’universel et faire loi, mais c’est l’universel qui doit juger du folklore et de sa légitimité.Pourtant, même par son corps, l’homme est loin de n’occuper que la place minime qu’on lui octroie d’ordinaire, et dont se contentait Pascal lui-même quand il réduisait le « roseau pensant » à n’être, matériellement, qu’un roseau.Intérêt politique ou pas, notre contributeur Arnaud de Lummen, ne voit qu’une solution : la non-ingérence.Je connais des bourgs, en Calabre, qui perdent, certaines années, cent habitans.Elles doivent également préparer ce que l’on appelle familièrement un « testament biologique », qui prévoit la façon dont elles seraient liquidées en cas de crise – idéalement sans faire appel à l’argent des contribuables.Plus besoin de règlementation ni de garde-fous si le marché est efficient, donc optimal.Si rudimentaire que soit une société, on y pratique le troc ; et l’on ne peut le pratiquer sans s’être demandé si les deux objets échangés sont bien de même valeur, c’est-à-dire échangeables contre un même troisième.