E-réputation :Un danger pour la sécurité des données

Le principe de la philosophie d’Oken est celui-ci : l’essence de toutes choses consiste dans la trinité qui est unité, et dans l’unité qui est trinité.Et la démonstration prend sa plus grande force quand elle porte sur l’évolution intégrale de la vie depuis ses plus humbles origines jusqu’à ses formes actuelles les plus hautes, en tant que cette évolution constitue, par l’unité et la continuité de la matière animée qui la supporte, une seule indivisible histoire.Un parcours en forme d’odyssée pour ce natif du Liban, et dont l’adolescence a été marquée par la guerre civile.Il est démenti par l’examen, même le plus superficiel, de la structure du système nerveux dans la série animale.Et au final, « ce ne sont pas les discours qui vont convaincre mais les comportements », rappelle identité numérique et e-réputation.A ce rythme, nous pourrons passer directement de l’adolescence au 3ème âge…Que resterait-il de beaucoup de nos émotions si nous les ramenions à ce qu’elles ont de strictement senti, si nous en retranchions tout ce qui est simplement remémoré ?Sur le caractère tout pratique de cette opération il n’y a pas de doute pos­sible.Alors que l’économie mondiale se redresse, que l’impact des prix alimentaires sur l’inflation se manifeste et que la Chine souhaite investir dans les technologies vertes, l’année 2011 pourrait bien être une année charnière.Tel est le cas des faits astronomiques, physiques, chimiques, de tous ceux qui font partie d’un système où se juxtaposent simplement des éléments censés immuables, où il ne se produit que des changements de position, où il n’y a pas d’absurdité théorique à imaginer que les choses soient remises en place, où par conséquent le même phénomène total ou du moins les mêmes phénomènes élémentaires peuvent se répéter.Il veut dire qu’il est nécessaire de passer en revue des comportements, des règles et des institutions qui n’ont plus leur place dans ce nouveau monde.Certes, les débuts peuvent paraître balbutiants quand on voit la ministre de l’Économie, Christine Lagarde, évoquer, dans la foulée du départ de l’ex-président tunisien, une « vigilance particulière » sur les avoirs des familles Ben Ali-Trabelsi, avant que l’Union européenne ne se décide, le 31 janvier, de « geler » ces avoirs à la demande de l’État tunisien.Et ce qui constitue notre perception pure, c’est, au sein même de ces images, notre action naissante qui se dessine.

Publicités