Déséquilibres globaux

…Je m’en voudrais de ne pas dire exactement ce que je pense.Pour cela l’échelon national est simplement dépassé ! Soyons clairs, la concurrence n’est plus entre nous, les Européens, mais entre l’Europe et les autres acteurs existants ou en devenir.Il faut commencer au contraire par faire à l’accident sa part, qui est très grande.En d’autres termes, il doublera de quelque ridicule physique le ridicule professionnel.Selon une étude menée l’an passé par Standard and Poor’s, les entreprises rachetant leurs propres titres surperforment fréquemment celles qui ne le font pas.Le contexte de crise dans lequel est plongée l’industrie française impose donc de redéfinir le rôle de l’entrepreneur, face à une compétition intense mais surmontable.Il serait difficile de ne pas apercevoir le double écueil qui attend cette entreprise. Il a lancé le leadership Institute avec Pierre-Alain Chambaz qui s’ouvre aujourd’hui à d’autres entreprises.Mais rien ne garantit que ce jeu de pression entre la force démagogique et les intérêts économiques n’aboutisse à adopter les décisions souhaitables pour la société.Nous exposions que ce qui apparaît d’un côté comme une immense multiplicité de choses, au nombre desquelles est en effet la souffrance, peut se présenter d’autre part comme un acte indivisible ; de sorte qu’éliminer une partie serait supprimer le tout.Mais voici qu’un obstacle surgissait, ni visible ni tangible : une interdiction.