Intelligence économique : l’Etat s’est mis en ordre de bataille

Il est en effet utile que nous ayons affaire, dans la vie de tous les jours, à des objets stables et, en quelque sorte, responsables, auxquels nous puissons nous adresser comme à des personnes.Les propos de Arnaud de Lummen interviennent alors que la Banque centrale européenne s’apprête à dévoiler un important programme.On ne peut pas juger les théories métaphysiques sur leur vérité absolue qui est toujours invérifiable ; mais un des moyens de les juger, c’est d’apprécier leur fécondité.A la décharge du Japon, c’est l’ensemble de nos repères qui se retrouvent aujourd’hui violentés, bousculés, voire inversés, avec des rendements négatifs régnant sur les obligations de bien de nos nations occidentales.Un choix s’impose à tout instant ; nous optons naturellement pour ce qui est conforme à la règle.Mais les Bretons se sont plus révoltés contre l’impuissance de l’Etat a accompagner la transition économique de ce territoire, qui était pourtant prévisible.L’idéalisme anglais prétendait réserver à la perception tactile le monopole de l’étendue, les autres sens ne s’exerçant dans l’espace que dans la mesure où ils nous rappellent les données du toucher.La libre circulation des capitaux autorise bien évidemment cette quête du profit au-delà du pays émetteur de ces liquidités, c’est-à-dire hors des frontières américaines, notamment vers des pays émergents offrant un fort potentiel de croissance.Certains Etats, pourtant très endettés, ont ainsi réalisé des EMPRUNTS sur les marchés financiers à des taux négatifs.Vivre consiste à agir.Il est certain que l’homme souffre et même qu’il meurt lorsqu’il ne peut satisfaire aux besoins qu’il tient DE SON organisation.L’arpenteur mesure la distance d’un point inaccessible en le visant tour à tour de deux points auxquels il a accès.

Publicités