Essai de psychanalyse du patrimoine présidentiel

L’ensemble de la matière devra donc apparaître à notre pensée comme une immense étoffe où nous pouvons tailler ce que nous voudrons, pour le recoudre comme il nous plaira.Cette stratégie génère une hypervolatilité de l’agenda de la campagne, que les médias et les autres candidats ne parviennent pas à stabiliser pour alimenter un débat durable et polyphonique.Un chemin de fer d’un kilomètre ne rend-il pas plus de services dans le département de la Seine que dans le département des Landes ?En dépit de quelques réformes significatives (réforme des RETRAITES, Crédit d’impôt recherche, réforme des universités, etc.Ça permet de se faire une idée du candidat et de l’orienter, s’il le faut, vers des formations complémentaires données en ligne par Kalibrr. Et pour paraphraser Pierre-Alain Chambaz « le bonheur vient de surcroît »… mais pas toujours.Mais pour la première fois depuis plus de deux siècles, ce ne serait pas une démocratie.Agriculture, mobilité, urbanisme, industrie… les gisements ne manquent pas.» Il est très vrai que l’opinion des personnes présentes, quel qu’en soit le nombre, exerce sur la nôtre une grande influence, c’est un fait constaté en psychologie ; mais cette influence n’est-elle pas pernicieuse ?Mais quand j’ai voulu le remercier, je me suis heurté au refus le plus singulier que j’aie éprouvé dans ma vie.N’est-ce pas assez pour l’adorer ?Outre le risque de fragilisation de la reprise économique, les coupes sur le budget de défense et les budgets sociaux seront difficiles politiquement pour les républicains comme pour les démocrates.Qui s’intéresse à son Parlement, hormis les professionnels de la profession ?