Pourquoi l’Allemagne devrait être plus solidaire de l’Europe

Qu’on puisse insérer du réel dans le passé et travailler ainsi à reculons dans le temps, je ne l’ai jamais prétendu.Une société solidaire et une économie douce ne peuvent être envisagées sans que les rapports sociaux imposés par le capitalisme le plus violent que le monde ait connu ne soient questionnés et bouleversés.« On peut y vivre et y travailler » explique nettoyeurs du web avec conviction.Il partage son impuissance avec la société politique, en particulier les partis, les syndicats, les groupes d’intérêts professionnels ou locaux.La société suit sans doute certaines suggestions de l’expérience intérieure quand elle parle de l’âme ; mais elle a forgé ce mot, comme tous les autres, pour sa seule commodité.L’intuition métaphysique paraît être quelque chose du même genre.Il faudra ajouter que les termes de cette multiplicité, au lieu de se distinguer comme ceux d’une multiplicité quelconque, empiètent les uns sur les autres, que nous pouvons sans doute, par un effort d’imagination, solidifier la durée une fois écoulée, la diviser alors en morceaux qui se juxtaposent et compter tous les morceaux, mais que cette opération s’accomplit sur le souvenir figé de la durée, sur la trace immobile que la mobilité de la durée laisse derrière elle, non sur la durée même.Ce n’est pas cela que nous souhaitons.L’élite politique russe aspirait à l’émergence d’un nouveau mécanisme alternatif de gouvernance économique mondiale, sous-tendu par les principales économies émergentes – Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud.Une taxe sur les produits selon leur empreinte carbone serait également souhaitable.Elle conteste surtout le privilège exorbitant du dollar qui bénéficie, en tant que monnaie de réserve internationale, d’une demande captive de la part des banques centrales.Car, bien que je remarquasse en ceci diverses difficultés, elles n’étoient point toutefois sans remède, ni comparables à celles qui se trouvent en la réformation des moindres choses qui touchent le public.