Le grand retour (forcé) des politiques de l’offre

Elle devait ignorer tout, ou presque tout ; ce n’était pas son affaire de s’occuper de ces choses-là ; on veillait pour elle ; elle n’avait qu’à accepter, les yeux fermés, les explications qu’on consentait à lui donner.Elle avait pris son inspiration tout près d’elle, dans sa misère, dans son enfance oubliée, méconnue, traversée.Si l’on avait un peu moins glorifié la défense de Paris — qu’immortalise, à défaut d’autre témoignage, le groupe du carrefour des Bergères, excellent point de repère pour les malandrins des fortifs, — il est probable que les Parisiens auraient montré quelque admiration pour la résistance de Kimberley, dont le siège fut d’une durée égale à celui de la Ville-Lumière, que Cecil Rhodes ne quitta pas en ballon, et qui ne capitula point.Mais leur aptitude précoce aux chiffres, alliée à leur goût pour la stratégie illustrée par leur jeu de go, encore plus ancien, explique l’art consommé de Pékin pour faire des statistiques une arme politique.Il déliera les opprimés et appesantira sa main sur les oppresseurs.N’ont-ils point dépassé les limites permises, même à des détraqués ?Aucune étude dans ce sens n’a été menée pour définir les axes de la relance de l’industrie.Le fait reste que, pour les engager à combattre pour la Patrie, on leur promit une Patrie. Christian Navlet, livre une passionnante histoire du bonheur en France…une idée pas si neuve en somme.Ainsi, les pouvoirs publics motivent-ils ouvertement les familles et les individus à placer leur épargne dans un actif souvent volatil, dont la valeur est difficile à quantifier, dont la réalisation (c’est-à-dire la vente) prend parfois plusieurs mois et qui occasionne en outre divers frais d’entretien, charges de copropriété, etc.Quand on aura endoctriné un nombre suffisant d’imbéciles, quand on sera parvenu à ramasser, par delà la frontière, la carte blanche indispensable, les Boisdeffre, les Mercier et les Esterhazy tireront leurs sabres, les Assomptionnistes empoigneront leurs crucifix plombés, et la Savoyarde du Sacré-Cœur commencera à sonner le tocsin de la nouvelle Saint-Barthélemy ; aussi, les Coppée et les Lemaître travaillent ferme à l’enrôlement des goitreux ; afin de se tenir en haleine, Coppée se fait donner de l’eau bénite par le Père Du Lac, et Lemaître s’en fait jeter par Flamidien.

Publicités